Ce volcan qui dort en nous...

La belle Hinès.

Je pensais que la colère se limitait à ce sentiment qui nous met « hors de nous », cette émotion qui me fait sortir de mes gongs, qui fait que je me ronge les sangs si je ne la laisse pas s’exprimer. Pour moi, c’était un volcan de mal-être dû à un désaccord, une injustice, une révolte.

J’apprends que la colère est bien plus complexe, plus sournoise, plus profonde. Je la ressens tel un chien affamé qui montre les crocs sans atteindre sa proie.

Cette souffrance que je me suis cachée pour ne pas la vivre, cette douleur ressentie que je croyais avoir gérée, ce désaccord que mon égo trouvait trop superficiel pour avoir de l’importance, cette peur que je trouvais irrecevable, car je pensais l’avoir dépassée. Je l’ai donnée à mon chien affamé et agressif, il attend avec vigilance le bon moment pour surgir et rugir.

Je pensais que si je REFUSAIS d’y penser, cette colère s’en irait d’elle-même et je découvre qu’elle est tapie au fond de moi. Je nourris cette rancœur inconsciemment, car je ne l’ai pas suffisamment exprimée. Le Dr Tal SCHALLER propose de s’isoler, grimacer et rugir en se prenant pour un animal sauvage qui veut effrayer la planète entière, au yoga, j’ai appris à faire le tigre, à 4 pattes, le menton relevé, tirer la langue et loucher avec la même intention de faire peur. Ce n’est peut-être pas assez, mais déjà cela libère. Nous ne sommes pas obligés de sauter au cou de notre détracteur, mais il est indispensable de se libérer rapidement de notre colère, la laisser s’exprimer. Chacun trouvera sa façon d’éliminer ce poison. Aujourd’hui, je réalise à quel point, ce chien affamé a besoin de mon amour, de ma bienveillance et je vais m’y atteler.

Je partage avec vous, un conte traditionnel cherokee, qui m’a aidée à comprendre :

 Un vieil homme veut apprendre à son petit-fils ce qu'est la vie.
"En chacun de nous, il y a un combat intérieur" dit-il au jeune garçon. "C'est un combat jusqu'à la mort et il se tient entre deux loups."
"Le premier est ténébreux. Il est la colère, l'envie, le chagrin, le regret, l'avidité, l'arrogance, l'apitoiement sur soi-même, la culpabilité, le ressentiment, l'infériorité, la supériorité, les mensonges, la fausse fierté et l'égo."
"Le second est lumineux. Il est la joie, la paix, l'amour, l'espoir, la sérénité, l'humilité, la gentillesse, la bienveillance, l'empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi."
Le petit-fils réfléchit pendant un long moment. Puis, il demande à son grand-père : "Quel est le loup qui gagne ?"
Le vieil homme sourit et lui répond : "Celui que tu nourris."

Gros bisous mes p’tits loups (sans jeu de mots 😉)

Syl