Pourquoi vivons-nous en communité ?

Comment pourrions-nous évoluer si nous étions isolés ?

Je pense qu’avant de naître, nous avons rempli un contrat avec LES AUTRES, j’aime cette idée ! Chaque individu que je rencontre est ici pour m'expliquer ce qui va et ne va pas chez moi. Ce qui me permet de vivre en harmonie et ce qui « coince » et m’empêche d’être heureuse. Toutes les personnes que je croise sont là pour cette raison.

Quand j’entre dans un espace public avec un grand sourire et un bonjour chaleureux, il est très rare que les gens restent de marbre, en principe ils sont avenants. Je suis un reflet pour eux et vice versa. Parfois, je trouve un commerçant mal aimable et je m’aperçois que mon aspect à ce moment-là, était assez renfrogné. Le monde est un immense miroir, on se regarde, on s’écoute les uns, les autres et c’est ainsi que nous évoluons…. Sauf, si nous pensons que ce sont TOUJOURS les autres qui ont tort, que ce sont eux qui sont belliqueux, eux qui sont en colère …

Tous les humains sont gentils, vous ne me retirerez pas ça de l’idée, nous naissons tous GENTILS ! Ensuite, nous modifions notre comportement en fonction de "l’ambiance générale". Entre amis le « méchant »** (comme disent les enfants) s’amuse, rit et danse, en revanche, avec des inconnus aux caractères fermés, ou tout simplement parce qu’il se sent diminué, pas à la hauteur, mal à l’aise, il devient agressif. Tout comme le gentil n’est pas toujours gentil. Alors... je ne CATALOGUE plus les personnes que je rencontre.

Il y a toujours des exceptions à la règle, bien sûr, mais en général, c’est ainsi que les choses se passent. J’ai donc fini par comprendre que c’est MON comportement qui mène la danse. Tout cela grâce à toutes ces gens autour de moi, qui acceptent de jouer soit au « méchant » soit au gentil pour me permettre de mieux me connaître, de prendre du recul sur ma façon d’agir ou de réagir. Vu sous cet angle, je remercie tous les êtres « désagréables » qui croisent mon chemin.

Je suis une gentille, ce n’est pas pour autant que je suis toujours guillerette et aimable. Il m’arrive de blesser l’autre, consciemment ou pas. C’est ça la vie, je relativise et j’accepte que nous avons tous, pléthore de facettes. Ce n’est ni bien ni mal, c’est AINSI. Si je ne reste pas enfermée dans ma carcasse, j'accueille aussi le fait que moi-même puisse être la "méchante" en espérant que cela l'aidera à progresser. Je fais de mon mieux et j’avance pas à pas.

Bisous les p’tits loups, bonne route.

Syl

** Il faut bien comprendre que je ne parle pas ici de la méchanceté gratuite non constructive. Le terme "méchant" que j'utilise est celui que nous entendons dans la bouche d'un enfant lorsqu'il est contrarié !!!